9juin721

08/06/2012

(J-1) Bataille de Toulouse du 9 juin 721 contre les sarrasins

Filed under: Histoire — 9juin721 @ 12:28

Racontée par le duc Eudes d’Aquitaine sous la plume de Gilbert Sincyr

Précédemment…

Elle résistait toujours, mais on se demandait comment, et à son avis, elle devait être à bout de ressources, peut-être même au bord de la reddition. Il ne fallait pas perdre de temps.

– Et ici, sur combien d’hommes puis-je compter ?


Bataille de Toulouse du 9 juin 721 contre les sarrasins– En tout, sur 4000. Pas plus, car les campagnes ne sont guères peuplées, et nous ne sommes plus très riches. Les chevaux sont rares et coûtent chers, les armes aussi, et les barons sont pauvres. Mais 3000 et 4000 ça fait 7000, c’est à dire plus que vous n’en avez jamais eu. Tout tient maintenant dans votre habileté à manoeuvrer.

Alors je réunis barons et officiers, leur fis un plan de la ville, leur donnai le maximum d’indications sur les forces sarrasines, et demandai son avis à chacun, car je voulais qu’ils se sentent tous considérés dans l’affaire.

Puis je donnai mes premiers ordres quant aux directions à prendre en arrivant à Toulouse, et en deux jours nous fumes prêts, chacun sachant ce qu’il avait à faire.

Le lundi, les officiers réunirent leurs bataillons pour vérifier que les armes étaient en bon état, que les cuirs des chaussures étaient bien graissés, que les archers avaient leur contant de flèches et que les chevaux n’avaient pas mal aux pattes. Mais tout se passa sous une violente pluie d’orage d’été, qui en quelques heures transforma notre camp en un immense bourbier. Et pour dérider ceux qui n’aimaient pas être trempés comme mauvaise soupe, certains leur rappelaient notre dicton campagnard

Quand plou per Sant-Medard,
Qua’ ranta jorns n’an part,
Part que Sant-Barnabè
Non li cop lo pè.1

A suivre…

1 Quand il pleut à la Saint Medard, quarante jours sans discontinuer. Arrêt à la Saint Barnabé, il ne tombe plus un pet.

 

L’Appel du 9 juin

Évènement public · Par L’Oustal – la maison de l’Identité ToulousaineL'appel du 9 juin, journée de la fierté toulousaine

Samedi 9 juin 2012 – dès 16h

A L’OUSTAL, Toulouse – 36 allée de Barcelonne

« L’APPEL DU 9 JUIN »

Le samedi 9 juin 2012, l’OUSTAL, foyer Identitaire, ouvrira ses portes à partir de 15 heures afin de commémorer la bataille du 9 juin 721 et rendre hommage au duc Eudes d’Aquitaine qui écrasa les « Mohamed Merah«  aux portes de Toulouse.
Que ce soit au VIII° siècle, ou au début du XX° siècle, c’est un même esprit de résistance qui transcende Toulouse.

Ce 9 juin 2012, ce sera le grand rassemblement du Sud Ouest : Castres, Pau, Bayonne et Bordeaux ont ainsi répondu présent à l’invitation des toulousains.

Au programme ? Conférences sur les révoltes languedociennes, grillades, chants Occitans et rencontre avec les responsables et militants.

Parce que les valeurs de « Paratge e convivéncia » (partage et convivialité) doivent retrouver leur vraie place…

9 juin 721, souviens-toi ! Toulouse en première ligne

L'accusé compare ses victimes à des prostituées - viol et agressions sexuelles - Il est accusé d'avoir agressé les victimes la nuit lorsqu'elles rentraient chez elles. - Mohamed Gharsalaoui, 31 ans, comparaît jusqu'à ce soir devant la cour d'assises pour un viol et six agressions sexuelles. Hier, il a expliqué que, dans son pays, la Tunisie, les femmes qui sortent la nuit, comme les victimes, sont des prostituées. - Droit dans le box des accusés, Mohamed Gharsalaoui n'a pas un regard pour les sept femmes assises sur le banc des parties civiles. Cet homme de 31 ans est jugé depuis lundi, devant la cour d'assises de la Haute-Garonne pour un viol et six agressions violentes commis en 2009 à Toulouse (notre édition de lundi). - Interrogé hier sur les faits, l'accusé n'a eu de cesse de qualifier ses actes d'« erreur s ». « J'ai compris que j'ai fait du tort à ces filles. C'est la première fois que je commets ces erreurs dans ma vie. » - D'abord placide, le jeune homme s'est emporté face aux questions du bâtonnier Douchez, l'avocat des parties civiles. « Pourquoi abordez-vous toutes vos victimes la nuit ? », a interrogé l'avocat. « Qu'est-ce qu'elles faisaient à 6 heures du matin dans la rue alors que moi j'allais au travail ? a rétorqué Mohamed Gharsalaoui. En Tunisie, nous n'avons pas de femmes qui sortent la nuit. Elles ne fument pas dans la rue. Une femme comme ça, nous l'appelons une prostituée. »

Publicités

Laisser un commentaire »

Aucun commentaire pour l’instant.

RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :